Lecture de "BATEKI MBOKA", auteur, Tata N'longi Biatutudes.

Lecture de "BATEKI MBOKA", auteur, Tata N'longi Biatutudes.

Chef Liboma : "Ce n'est pas la rivière qui m'a pris ma fille. C'est ce foutu train que j'attends depuis trop longtemps. J'étais trop occupé à regarder l'horizon par où le train devait venir. Je n'ai pas regardé ma fille s'enfoncer dans le désespoir.

biaJe n'ai pas vu qu'elle regardait aussi cet horizon. Que là où je voyais une fumée de l'espoir qui annonçait le retour du train, elle ne voyait qu'un horizon bouché et nos espoirs bouchés. Je croyais au miracle. Mais le miracle n'a pas eu lieu. Il n'aura pas lieu" Extrait de "Bateki mboka" p.31-32 de Tata N'longi Bia Titudes. J'en continue la lecture. Le Général Mfumu-Nkoy-Elombe, budgétivore à lui seul, a détruit les espoirs de toute une Cité." ...il faut être fou pour diriger cette Cité comme il l'a dirigée. L'argent des mines pendant des années n'a pas profité à la cité mais à ses poches et à ses proches. La Cité pue la misère" P.10. "Et le Général -fou s'en fout de tout ça". P.11.

Mon commentaire: Une œuvre littéraire au style simple, vivant, alerte, compréhensible car il s'agit du vécu quasi quotidien. L'auteur ne s'embarrasse pas de tournures, de figures de style, il livre un décor, restitue le vécu quotidien dans un univers bloqué par l'attentisme et l'immobilisme. L'existence de la communauté asphyxiée par un système qui a "autorisé" la confiscation des ressources dont les finances par un dirigeant sans scrupules. Dans ce décor, vieux Liboma attend le retour de "la normale" dans une vieille gare désaffectée, dans son ex-rôle de chef de gare et n'a cure des besoins et rêves de la jeunesse, symbolisés par ses 2 filles dont l'ainée s'en va mourir sous la Méditerranée, en quête de changement. Dans ce même décor "sentant le vomi de la faim, où le pain carré ne fait que diminuer de volume, le pasteur, en un français bon enfant, prêche l'attentisme des monts et merveilles qui enferment les naïfs dans l'immobilisme. Des sornettes, auxquelles Vieux Liboma ne croit pas ayant lui sa propre folie de voir un jour la gare de réanimer. Dans ce même décor, les femmes, vendeuses de pains font sentir leur présence par le cliquetis de couteaux contre les bassins en acier...un négoce qui ne nourrit personne.

JE TIRE UNE LECON: halte à l'attentisme, à l'immobilisme. Le peuple, source de la légitimité du pouvoir, doit demander des comptes aux dirigeants sur la gestion de la Res publica via le parlement où siègent ses élus, supposés conscients d'avoir été élus et respectueux de la confiance que leur ont accordée leurs électeurs. Après tout, la gouvernance devrait garantir au peuple la transparence. Il est impensable que des milliards s'envolent des caisses de l'Etat sans que l'alerte soit donnée à temps. La justice distributive, c'est ce que Dieu veut, car elle repose sur l'amour (ce commentaire sur la redevabilité est mien)..

BATEKI MBOKA, format poche, édité par Nzoï, en 2020, 68 pages, comprend 6 scènes légères, lestement digérable. Cette plaquette est une précieuse mine. L'auteur Tata N'longi Biatitudes, avocat, né en 1979, entrepreneur culturel, littéraire, Président des écrivains du Congo ASBL, co-initiateur et gestionnaire de la bibliothèque et des Editions Miezi.

Par Elisabeth Mweya Tol’Ande.